Rechercher
  • Rodrigue

6 regrets des personnes en fin de vie



Confucius a dit « On a deux vies, et la deuxième commence le jour où l'on se rend compte qu'on n'en a qu'une. » Il est facile de s’installer dans la routine de notre vie sans nous interroger sur la direction que nous lui donnons. Penser à notre mort⚰ nous pousse à nous interroger sur l’essentiel dans la vie et l’impact que nous voulons avoir dans la vie. Voici six regrets des mourants pour vous éviter de les avoir plus tard.


Bronnie Ware, infirmière 👩🏾‍⚕️ en soins palliatifs, a compilé dans un livre les regrets, recueillis pendant plusieurs années, de ses patients en fin de vie. Elle a pu constater que ses patients avaient tous cinq regrets principaux d’où le titre de son livre Les 5 plus grands regrets des personnes en fin de vie. À ces regrets je voudrais rajouter un dernier plus important que les autres selon moi.


Avoir vécu en fonction des attentes des autres et pas des siennes

«

 C’était le regret le plus commun » d'après Bronnie Ware. Nous sommes bloqués dans la poursuite de nos rêves en raison soit de la peur, des attentes des autres ou des conventions sociales, etc. Lorsque leur vie touche à sa fin, les personnes s’interrogent sur la qualité de la vie qu’elles ont vécu, les rêves qu'elles ont manifestés et ceux qui sont demeurés dans leur esprit.


« Quand les gens réalisent que leur vie touche à sa fin et qu’ils jettent un regard clair sur leur existence, il est aisé de constater combien de projets n’ont pas été réalisés. La plupart des gens n’ont pas réalisé la moitié de leurs rêves et doivent mourir en ayant conscience que cela est dû aux choix qu’ils ont faits, où qu’ils n’ont pas faits. »


Que serait votre vie si vous vous écoutiez et que vous viviez une vie qui vous convienne ?


Avoir consacré trop de temps au travail

Ce regret aurait davantage été exprimé par les hommes que par les femmes. « Ils n’ont pas vu leurs enfants grandir, et n’ont pas prêté assez d’attention à leur compagne.”


N’attendons donc pas qu’il soit trop tard pour nous réajuster. Si cela est possible, consacrez moins de temps au travail et plus de temps en famille à vivre la vie à laquelle vous aspirez (loisir, voyage, etc).


Ne pas avoir eu le courage d’exprimer ses sentiments

Beaucoup de gens taisent leurs sentiments afin d’éviter le conflit avec les autres. En résulte qu’ils s’installent dans une existence médiocre et ne deviennent jamais ce qu’ils auraient pu être. À cause de cela, beaucoup d’entre eux développent des maladies liées à leur amertume et leurs ressentiments.”

Ne pas être resté en contact avec ses amis


À cause des aléas de la vie (maladie, travail, déplacements, problèmes, etc), il est facile de négliger les amitiés. Les coups de fil vont s’espacer, les visites se raréfier, l’intimité diminuer, etc.


« Souvent, les patients ne réalisaient pas l’importance qu’avaient eu leurs vieux amis dans leur existence. Et dans leurs derniers jours, il n’était pas toujours possible de les retrouver. Beaucoup étaient tellement pris par leur propre existence qu’ils ont laissé s’étioler des amitiés en or au fil des années. Il y avait beaucoup de regrets sur le fait de ne pas avoir consacré à ces amitiés le temps et les efforts nécessaires pour les entretenir. Tous les patients regrettaient leurs amis lorsqu’ils étaient sur leur lit de mort. »



Ne pas s’être autorisé à être plus heureux

« C’est un regret étonnamment commun. Beaucoup ne se rendent pas compte avant les derniers instants que le bonheur est un choix. Ils étaient tous empêtrés dans leurs vieilles habitudes. Le soi-disant confort qu’apporte la routine a empiété sur leurs émotions et leur physique. Dans la peur du changement, ils s’étaient convaincus et avaient convaincu leur entourage qu’ils étaient heureux. Alors qu’au fond d’eux-mêmes, ils aspiraient à rire franchement, à avoir plus de folie dans leur vie. »


Comme nous pouvons le voir les regrets ne concernent pas les possessions, mais les relations : les relations avec soit même, avec les autres, mais surtout avec Dieu.


N’avoir pas vécu une vie motivée par l’essentiel : Dieu

Ces cinq points identifiés par Bronnie Ware adressent uniquement un aspect de l’Homme : l’âme qui est l’une des trois dimensions de l’être humain. L’homme est un esprit qui habite dans un corps et qui a une âme. L’homme a donc trois dimensions : corps, âme et esprit. La mort est celle du corps. La rencontre avec notre créateur se fera par notre esprit. Au moment de la rencontrer avec son créateur, l’esprit doit se rassurer qu’il est accepté par Dieu.



Et vous, quels seront vos regrets ? Avez-vous décidé de vivre une vie sans regrets et de vivre intentionnellement ?


0 commentaire